13.6.06

Souvenir de Lorient

El fuego del mar (Eugenio García ® 2006)


Ces cornemuses sous la lune
Qui font danser la foule
Ces nuages qui s'épuisent
Lentement dans la pluie
Ce soleil qui tisse ses rayons à l'horizon
Ne valent pas ton amitié.

Mon cœur a caché
Toutes les larmes
que mes yeux ont bridé
Ma bouche n'a pas dit
Tout ce que mon âme sentait
Et tel un voyageur qui ratait son train
Je suis resté accablé, engourdi
Regardant comme tu t'éloignais.

Sans mots, sans regrets
Sans réponse
Je pars aussi
Le retour est incertain
La destinée imprécise
Mais, en voyant la mer au loin
Je pense à toi mon amie
Et je pleure enfin.

No hay comentarios.: